Et si vos problèmes cutanés chroniques étaient la conséquence d’un déséquilibre acido-basique de votre organisme ? Rougeurs, démangeaisons, eczéma, acné, psoriasis… peuvent être la manifestation d’une acidose.
En effet, cette balance entre acidité et alcalinité au sein de votre corps constitue un pilier fondamental pour votre santé, mais aussi pour votre peau. Et pourtant très peu de professionnels de santé en tiennent compte, si ce n’est ceux qui ont une approche naturopathique et holistique. Cette notion a pourtant toute son importance !
Voyons pourquoi notre organisme se retrouve en acidose et comment cela impacte l’état de votre peau.

Acidose, pH : de quoi s’agit-il ?

On parle d’acidose, lorsque le corps reçoit et produit plus de déchets acides qu’il n’est en mesure d’éliminer.
L’organisme s’acidifie et l’équilibre acido-basique est alors rompu.
Cette acidité peut-être mesurée grâce à l’échelle de pH qui est graduée de 0 à 14.

  • Plus l’indice de pH est petit et se rapproche de 0, plus le milieu est acide.
  • Plus la mesure de pH est élevée et tend vers 14, plus le milieu est basique : on dit qu’il est alcalin.
  • Et lorsque le pH avoisine 7, on parle de pH neutre. C’est le reflet du parfait équilibre acido-basique !

Ainsi, tout comme les taux de glucose, potassium, sodium, calcium, magnésium… le pH doit lui aussi être maintenu dans une certaine limite. Et finalement, le fonctionnement du corps humain n’est qu’une succession de processus métaboliques qui doivent être étroitement contrôlés en permanence.

En cas d’acidose, le corps possède des systèmes tampons très performants lui permettant de lutter contre les excès d’acidité. Il va cependant devoir dépenser beaucoup d’énergie et de minéraux pour rétablir cet équilibre.

Quelles sont les causes de l’acidose ?

Il est tout à fait normal que le corps produise naturellement des acides  : c’est le principe même de la digestion par exemple. Ainsi notre organisme a une légère tendance à l’acidité, et il doit ainsi combattre un éventuel déséquilibre acido-basique en permanence.
Pour cela, l’organisme possède un système de régulation qui neutralise puis élimine les déchets acides pour permettre de rétablir l’équilibre.
Ce sont les organes émonctoires : le foie surtout et secondairement les poumons, mais aussi la peau et les reins, qui seront chargés de les évacuer.

Et lorsque nous évoluons dans des conditions de vie saine, ce système de régulation est très performant. Malheureusement dans notre mode de vie actuel, la réalité est tout autre et de nombreux éléments sont sources d’acidification :

  • un état de stress prolongé, le surmenage,
  • la consommation excessive d’aliments acidifiants, comme les protéines animales (la viande, le poisson), l’alcool, le café, les produits raffinés, les produits laitiers, le sel, une alimentation ultra transformée…
  • le peu d’activité physique et la sédentarité,
  • une sous oxygénation, qui limite l’efficacité des poumons dans son travail d’élimination.

Ce qui conduit à une acidification latente de l’organisme car celui-ci ne parvient plus à éliminer les déchets acides car les systèmes de régulation se retrouvent complètement débordés.
Années après années, le corps puisent dans ses réserves énergétiques et minérales, car les minéraux (Calcium, Phosphore, Magnésium, Potassium…) servent de tampon pour neutraliser les acides.

Cette neutralisation produit des déchets acides que l’organisme n’arrive plus à évacuer. Il va alors les stocker dans les tissus conjonctifs, mais aussi dans le système circulatoire / lymphatique, les articulations et les muscles.

Êtes-vous en acidose ?

Les conséquences de cette acidification sur l’organisme sont nombreuses. Et elles,peuvent entraîner différents troubles qui sont dû à la déminéralisation ainsi qu’à l’excès de dépôts acides qui crée des inflammations, comme :

  • une prise de poids, une augmentation de la masse abdominale, l’apparition de cellulite,
  • des brûlures d’estomac, des aigreurs digestives avec renvois acides, des ulcères,
  • des caries dentaires,
  • des problèmes d’arthrose, d’ostéoporose,
  • des crampes, douleurs musculaires fréquentes, des spasmes, des tendinites, des courbatures,
  • une mauvaise haleine matinale, avec la sensation de langue chargée,
  • une grande fatigue s’installe, le sommeil est perturbé.

Si vous présentez une grande partie de ces signes de façon chronique , il est fort probable que vous soyez en acidose. Et cela peut également se manifester au niveau de votre peau.

Quelles sont les conséquences de l’acidose pour la peau et les phanères ?

Au niveau de votre peau :

Une peau sèche, fragile et réactive peut être la résultante d’une acidose latente.
Elle peut également présenter des boutons, irritations, démangeaisons et/ou des rougeurs avec une tendance à l’atopie.
Des affections inflammatoires chroniques de la peau comme l’acné, l’eczéma et le psoriasis peuvent aussi être les symptômes d’une acidification.

Des fissures, crevasses, gerçures des lèvres ou des aphtes peuvent également s’observer. Les muqueuses peuvent être irritées, les gencives enflammées et sensibles.

On note aussi une transpiration acide et irritante.
Pour en savoir plus sur les soins naturels en cas de transpiration acide : cliquez ici !

L’acidose provoque également un vieillissement accéléré de la peau.

Conséquences de l’acidose pour les cheveux :

Comme nous l’avons vu, l’organisme va en cas d’acidose, puiser dans ses réserves de minéraux pour neutraliser l’acidité. Sur le long terme, cela entraine une déminéralisation qui se ressent aussi au niveau des cheveux.

Ils deviennent mous, ternes, secs et fourchus, et une accélération de la leur chute s’observe. Il n’est pas rare qu’apparaissent également des irritations ou des squames au niveau du cuir chevelu : pellicules sèches.

Et au niveau des ongles :

Là aussi, la déminéralisation, due à l’acidification, va engendrer des ongles fragiles, cassants, qui se dédoublent ou présentent des taches blanches.

A lire également : Ongles cassants, fragiles : Comment y remédier ?

Comment aider votre peau si vous souffrez d’acidose ?

Ce n’est pas seulement votre peau, mais tout votre organisme qui bénéficiera d’un changement profond de vos habitudes pour lutter contre l’acidose.
L’alimentation sera le premier levier à activer pour rétablir l’équilibre acido-basique ainsi qu’adopter un mode de vie plus zen.

  • Optez pour une alimentation équilibrée riche en fruits et légumes de saison consommés crus ou peu cuits et en protéines végétales.
  • Favorisez également la consommation d’aliments alcalinisants et riches en minéraux : fruits murs de saison, bananes (fruit très alcalinisant), les fruits secs (surtout figues, dattes et raisins), les amandes, les graines germées, les algues.
  • Relancez l’élimination des acides avec un apport hydrique suffisant tout en privilégiant des tisanes de plantes diurétiques. Choisissez parmi l’aubier de tilleul, les feuilles de bouleau et de frêne, la reine-des-prés et la prêle.
  • Pensez à vous oxygéner par de lentes respirations pour stimuler les poumons. La respiration abdominale est bien plus profonde et oxygénante.
  • Bougez, ayez une activité physique régulière qui favorisera la transpiration et l’élimination de déchets via la sueur et la peau.
  • Limitez le stress, le surmenage et le tabagisme.
  • Renforcez la reminéralisation, par la prise de compléments alimentaires comme le lithothamne, la spiruline, et des minéraux comme le calcium, potassium ou magnésium (à préférez sous forme de sels alcalinisants carbonate ou citrate).

Plus spécifiquement pour votre peau et pour faire face à la déminéralisation et à l’accélération du vieillissement cutané, vous aurez tout intérêt à lui apporter des molécules antioxydantes comme la vitamines E, les ß-carotènes.  Des huiles comme celles de baies d’églantier, de Rosier muscat, d’Argousier seront très bénéfiques… ainsi que l’application de gel d’aloe vera très riche en minéraux.

Et vous, pensez-vous être en acidose ?