Avez-vous, vous aussi, remarqué que vos cheveux tombent davantage en automne. Dès la fin de l’été, ils recouvrent votre brosse à cheveux ou le fond de votre douche…
Pour certain(e)s, cette chute de cheveux passe inaperçue, alors que pour d’autres elle est source d’angoisse.

Comme affronter cette perte saisonnière ? Que faire pour entretenir votre chevelure ? Et quand faut-il s’inquiéter ?

Pourquoi nos cheveux tombent-ils ?

Quelle que soit la saison, nos cheveux tombent continuellement. En moyenne, cela représente une chute de 50 à 80 cheveux par jour, aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Il s’agit d’un processus tout à fait normal, qui n’entraîne pas réellement une perte de vos cheveux, mais marque plutôt leur renouvellement.
Il n’y a donc pas lieu de vous inquiéter. Et à l’image des arbres qui perdent aussi leurs feuilles à l’automne, vos cheveux suivent également un cycle de vie.

Quel est le cycle normal du cheveu ?

Le cheveu prend naissance dans le follicule pileux et va croître par cycles successifs. Sa durée de vie est de 4 à 7 ans en moyenne et se décompose en 3 phases :

  • Anagène : dure de 3 à 7 ans et au cours de laquelle les cheveux poussent d’environ 1 cm par mois
  • Catagène : beaucoup plus courte puisqu’elle ne dure que 3 à 4 semaines. A ce stade, le follicule se rétracte et ne fabrique plus de fibre.
  • Télogène : pendant cette dernière phase, le cheveu ne pousse plus mais reste encore attaché à son follicule. Il va s’affaiblir et tomber au cours du shampoing ou du brossage par exemple. Cela prend entre 3 et 4 mois, puis le bulbe va ensuite se régénérer pour permettre à un nouveau cheveu de pousser.

Mais pourquoi perd on plus de cheveux à certaines saisons ?

Pourquoi les cheveux chutent-ils plus souvent à l’automne ?

A l’automne et au printemps, qui marquent des saisons de transition vers l’hiver ou l’été, la perte des cheveux est plus marquée.
Car c’est à ces périodes que notre organisme doit s’adapter à de nombreux changements. Aussi bien au niveau des températures, que du taux d’humidité ou de la durée d’ensoleillement… ce qui se traduit par un chamboulement au sein de notre corps avec d’importantes variations hormonales expliquant la perte de cheveux.

Cette chute saisonnière des cheveux dure en moyenne entre 4 et 6 semaines.

 

D’ailleurs nous ne sommes pas les seuls concernés par ces modifications, puisque chez d’autres mammifères, comme nos animaux de compagnie par exemple, on constate un changement de leur pelage à ces saisons, avec une perte accrue de leurs poils.

 

Quand faut-il s’inquiéter ?

La chute de cheveux saisonnière ne devrait pas donc pas vous inquiéter outre mesure.

Cependant si la perte vous parait extrême (bien plus de 100 cheveux par jour) ou s’installe dans le temps (se prolonge après l’automne et au-delà de 2 mois), cela doit vous poser question.

  • Faites le test :

Pour savoir si votre perte de cheveux est effectivement saisonnière ou bien plus importante, vous pouvez faire ce test (idéalement 2 à 3 jours après votre shampoing) :
Placez votre main doigts écartés, tel un peigne sur votre cuir chevelu puis soulevez une mèche de cheveu. Resserrez vos doigts puis faites les glisser des racines vers les pointes. Renouvelez ce geste 5 à 6 fois pour couvrir l’ensemble de votre chevelure, puis comptez le nombre de cheveux qui seront restés entre vos doigts.

Au delà de 15,  la perte est significative et doit vous amener à consulter un spécialiste.

De nombreux facteurs peuvent affaiblir la fibre capillaire, rendre le cheveu mou, cassant, sans tonus ou engendrer une chute plus importante.
On peut par exemple citer :
La fatigue, le stress, des carences en vitamines/acides aminés/minéraux, des traitements médicamenteux, l’hérédité, des variations hormonales ou encore des soins capillaires trop agressifs…

Ne laissez pas la situation s’aggraver car il existe des solutions naturelles pour agir, n’hésitez pas à demander conseil !

C’est l’automne, chouchoutez vos cheveux en 3 étapes !

En cette saison de transition, prenez du temps pour vous et profitez en pour chouchouter votre peau et vos cheveux.

1 -Massez votre cuir chevelu !

Le massage du cuir chevelu permet à la fois de relaxer les muscles crâniens et de libérer les tensions.
La peau du crâne plus détendue, sera aussi mieux vascularisée. Cela favorisera l’oxygénation et l’apport en nutriments essentiels pour nourrir le cheveu.

  • Comment procéder ?
    Vous devez du bout des doigts effectuer des petits mouvements circulaires de sorte de faire bouger la peau de votre cuir chevelu. Tandis que vos doigts doivent rester bien en place, sans glisser ni frictionner.
    Déplacez ensuite vos doigts sur une autre zone et reprenez ces petits mouvements du bout des doigts en sentant votre peau bouger sur votre crâne.

2- Apportez à vos cheveux les nutriments dont ils ont besoin !

C’est la bonne période pour veiller à apporter via votre alimentation les éléments dont vos cheveux ont besoin. A savoir :

  • des protéines car votre organisme en a besoin pour la synthèse de la kératine.
  • des aliments riches en souffre
  • des vitamines dont la B6
  • des minéraux : Soufre, Zinc, Sélénium, Fer
  • des Omégas 3

3 – Prenez soin de vos cheveux !

Adoptez les huiles de Ricin, de Sapote, de Courge, de Coco ou encore l’Oléo-Capillaire N°2 qui peuvent être utilisés en masque sur vos cheveux une fois par semaine.

Vous pourrez ainsi masser votre cuir chevelu avec et laissez ensuite poser au moins 1 heure (vous pouvez même laissez agir toute la nuit), avant de vous laver les cheveux avec un shampoing doux et Bio. Cela permettra d’apporter un soin nourrissant et fortifiant à vos cheveux. 

Pour en savoir plus, je vous invite à lire cet article : Comment avoir de beaux cheveux grâce aux bains d’huile ?

Découvrez le pack capillaire : Shampoing + Oléo-Capillaire Fortifiant

Et vous, observez-vous une perte de vos cheveux en automne ?