On en parle peu, mais les problèmes de transpiration peuvent gâcher la vie. Pourtant naturelle, plusieurs facteurs comme l’hygiène de vie, l’alimentation, le stress, ou un déséquilibre hormonal… peuvent avoir une incidence sur la quantité de sueur sécrétée par l’organisme.
Et lorsque la transpiration se retrouve en contact avec les bactéries de l’épiderme, des odeurs parfois fortes et désagréables peuvent survenir et
être assez incommodantes.
Découvrez des moyens simples et naturels pour atténuer fortement ces problèmes, que ce soit l‘odeur, la transpiration nocturne ou une transpiration acide.

Quel est donc le phénomène de transpiration ?

La transpiration est un phénomène physiologique, qui permet à l’organisme de réguler la température corporelle interne mais aussi d’éliminer les toxines par la peau.

En cas de chaleur, notamment en période estivale, ou lors de la pratique d’un sport, ce phénomène s’accentue. La sueur permettant alors à notre corps de se rafraîchir pour rester à une température constante proche de 37°C.

En effet, l’évaporation de l’eau crée une baisse de température, on appelle cela « le refroidissement par évaporation », c’est un phénomène physique connu depuis des siècles.

La sueur permet ainsi de refroidir la peau. Le sang qui passe dans les vaisseaux sanguins irriguant le derme ou étant à proximité de la peau, va alors se refroidir. Et ainsi, cela fera baisser la température générale du corps. Cette température restera à 37°C, ce qui est nécessaire au bon fonctionnement du corps humain.

Cependant, une forte transpiration peut aussi être déclenchée par un stress, un déséquilibre hormonal ou une forte émotion.

 

La sécrétion de sueur se fait par les glandes sudoripares. On en dénombre 2 à 4 millions sur l’ensemble de notre corps, mais elles sont principalement concentrées au niveau des pieds, des mains et des aisselles.

Pourquoi il est important de respecter le phénomène naturel de transpiration ?

Il faut savoir que notre organisme perd en moyenne un litre de sueur par jour. C’est une élimination vitale au sein de l’organisme, puisque le rôle de la sueur est d’assurer la régulation thermique comme nous venons de le voir.
Mais à travers la transpiration, le corps peut également éliminer certains déchets organiques (sels, acides lactique et urique, déchets lipidiques et protéiques…) ainsi que des toxines, bactéries et autres virus.

Femme qui se met du déodorant

Il est donc primordial de respecter l’activité de ces glandes sudoripares. L’usage de produit bloquant la transpiration, empêchera la sueur de remplir  correctement son rôle physiologique.
Le corps cherchera alors à éliminer une partie de ces déchets par un autre organe émonctoire (rein, intestin, peau…)  

C’est pourquoi je ne suis pas favorable aux anti-transpirants. Car contrairement à un déodorant qui masque les mauvaises odeurs, un anti-transpirant va lui, bloquer la transpiration, en limitant la sécrétion de sueur.
Cette action est notamment possible grâce aux sels d’aluminium qui diminuent la taille de l’orifice des canaux excréteurs des glandes sudoripares.

Et comme vous le savez, les sels d’aluminiums sont incriminés pour leur effets nocifs : potentiellement toxiques pour le système nerveux et qui sont aussi suspecter de favoriser les cancers du sein.
Voici donc de bonnes raisons pour en éviter l’usage.

D’où proviennent les mauvaises odeurs ?

La sueur qui est secrétée par les glandes sudoripares est naturellement INODORE, car elle est constituée d’eau, de sel et de quelques molécules acides.

En fait, c’est la macération de cette sueur au contact des bactéries présentes en surface de l’épiderme, qui va engendrer les mauvaises odeurs.

Au niveau des aisselles, il y a cependant une particularité liée à la présence de glandes appelées apocrines, qui sont les glandes de l’odeur. Elles servent notamment à l’identification sexuelle de l’espèce et sont très dépendantes de stimuli émotionnels. Ce sont elles qui occasionnent aussi des odeurs désagréables, d’autant plus que ces zones sous les bras sont très mal aérées.

Que faut-il faire pour éliminer ces odeurs de transpiration ?

Comme évoqué précédemment, la transpiration est physiologique, donc nécessaire à l’équilibre du corps et il est préférable d’en respecter sa sécrétion. En revanche, les mauvaises odeurs on peut s’en passer !
Comme ce sont les bactéries qui sont à l’origine de ces odeurs, le mieux c’est de limiter la présence de ces bactéries et d’utiliser des molécules naturelles parfumantes pour masquer les odeurs indésirables.

Voici ce que vous pouvez faire :

  1. Ayez des aisselles nettes, car les poils retiennent l’humidité et favorisent la macération
  2. Veillez à votre alimentation car un régime trop riche en protéine (viandes, œufs), en épices (curry et fenugrec notamment), en condiments (ail, oignons), en alcool ou en excitants comme le café, peut être à l’origine d’une transpiration odorante.
  3. Nettoyez vos aisselles tous les jours au savon saponifié à froid, comme par exemple le savon Tamanu & tea tree ou avec un nettoyant comme l’Oléo-douche. une bonne hygiène permettra d’éviter des bactéries en excès, et d’éliminer la sueur et les cellules mortes.
  4. Appliquez un assainissant naturel, comme l’huile essentielle de Palmarosa, extraordinairement efficace, avec un peu de gel d’Aloe vera.

C’est ce que je fais tous les matins, après ma douche j’applique  un peu d’huile essentielle de Palmarosa sous chaque aisselle. Et j’en suis ravie !

Qu’en est-il de la transpiration acide ?

En fait, la sueur est un liquide acide au pH compris entre 4 et 6, du à la présence d’acide lactique, acide urique, acide ascorbique , acides gras libres,..

Certaines personnes ont une transpiration excessive, inappropriée aux besoins physiologiques  : cela concerne 1% de la population.

Cette transpiration peut être :

  • d’origine émotionnelle appelée hyperhidrose  primaire
  • d’origine organique appelée hyperhidrose secondaire. Et dû  à un déséquilibre physique ou hormonal (ménopause, adolescence), à une pathologie (diabète, hyperthyroïdie…), à de la fièvre, à un médicament, ou lié à certains aliments.

Pour les personnes qui souffrent de cette transpiration acide, qui cause des dégâts sur les vêtements, voici les recommandations :

  1. Nettoyez-vous avec des savons alcalins : c’est le cas des savons saponifiés à froid qui ont un pH basique.
  2. Portez plutôt des vêtements amples fabriqués avec des fibres naturelles
  3. Assurez-vous que votre foie n’est pas surchargé : s’il est saturé, la transpiration prend alors une odeur plus acide, plus âcre. Une détoxification hépatique serait alors à envisager.
  4. Mangez des aliments alcalinisants : légumes (épinards, concombre, avocat, salade,..), amandes .. et évitez les aliments acides : agrumes, tomates,..
  5. Appliquez quelques gouttes d’Huile Essentielle de Sauge Sclarée mélangée à de l’Huile de Coco ou du gel d’Aloe vera. Cela aidera la régulation de la transpiration (attention cependant cette Huile essentielle ne doit pas être utilisée en cas de pathologies hormono-dépendantes).

Et que faire en cas de transpiration nocturne chez les adultes?

Normalement les glandes sudoripares sont au repos la nuit, même chez les personnes souffrant d’hyperhidrose la journée.

Certaines personnes souffrent  de cette surabondance de sueur, au point d’en être réveillés et de devoir changer leur vêtement de nuit et leurs draps, pendant la nuit. C’est souvent signe d’un état pathologique : maladies infectieuses, maladies de la thyroïde… ou de certains états comme la ménopause, la prise de certains médicaments, voire de stress.

Il est important de consulter un médecin pour écarter tous risques. Et dans ce cas le traitement de la transpiration nocturne reposera essentiellement sur la prise en charge de la cause. Il est donc nécessaire d’en identifier l’origine.

Les sueurs nocturnes peuvent aussi survenir suite à un dîner trop riche et/ou trop arrosé, mais dans ce cas les sueurs sont ponctuelles.

Si au contraire, elles vous gênent au quotidien au point de perturber la qualité de votre sommeil, vous pouvez préparer une tisane à base de sauge et de thym. Ces plantes sont connues par limiter la sueur (mais sans gêner la thermorégulation) en agissant sur les glandes sudoripares.
La sauge est également utile pour calmer la sphère digestive et lutter contre les bouffées de ­chaleur.

Tisane de Sauge & Thym :

Pour cela préparer une infusion que vous boirez au cours de la journée.

  1. Dans 1/2 L d’eau froide, ajoutez 1 cuillère à soupe de plante de thym séché et 1 cuillère à soupe de feuilles séchées de sauge, puis faites bouillir trois minutes.
  2. Hors du feu, laissez infuser pendant trois minutes, en recouvrant votre casserole d’un couvercle.
  3. Filtrez à l’aide d’un petit passoire ou d’un chinois.
  4. Buvez 1 tasse avant chaque repas soit 3 fois par jour (évitez d’en boire juste avant le coucher).
herbes séchées

En conclusion, une alimentation équilibrée, une limitation du stress et un organisme bien drainé et détoxiné permettront de diminuer les problèmes liés à la sueur. Une bonne hygiène de vie et l’usage de soins naturels seront également utiles pour lutter contre les mauvaises odeurs et la transpiration excessive !

Article mis à jour le 09 mars 2021, par Aurélie, Dr en pharmacie et experte en dermo-cosmétique naturelle